Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 13:59

Notre acteur fétiche Français, pardon, Suisse, déclarait lors d'une interview, il y a quelques années de celà à propos de Mireille Darc son ex: « Oui, c'est vrai, elle m'a beaucoup aimé »

Delon, modèle de référence de narcissisme a dit ça. Ca n'est pas très étonnant, venant de sa part. Choquant, oui. Indécent, oui. Si vous n'aviez aucune idée de ce qu'est l'ego, en voici un bon exemple. De l'égo surdimenssionné. Ca ne le rend pas très sympathique, notre Alain. Il a rajouté: « Je suis un des rares mythes vivant du XXème siècle. Alain Delon n'est pas mégalo, il est lucide », a-t-il conclu.

Rien que ça.

 

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 13:50

J'ai toujours été étonné de voir des gens se précipiter dans les Duty free des aéroports, pour faire 5 Euros d'économie sur une bouteille de whisky alors qu'ils se payent un voyage de trois mill Euros ou plus aux Antilles ou ailleurs, quelques fois en première classe. 

Est-ce à dire qu' Il n'y a pas de petites économies ?

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 11:38

Les "hot lines" des fournisseurs d'accès ont fait, il faut le dire, beaucoup de progrès ces dernières années. En panne de connexion à internet depuis plusieurs jours, j'ai pu lire ce message encourageant sur mon ordinateur:

" Problème de connexion à internet.  Votre freebox server n'est actuellement pas connecté à internet. Vous pourrez trouver des informations précises concernant l'état de votre connexion en suivant ce lien: http://mafreebox.freebox.fr "

Moi qu commençait à m'impatienter, je retrouve l'espoir de voir enfin ce problème résolu.

Mon beau frère, il me dit: « Ils sont tombés sur la tête, chez free »

Mais non...

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 08:39

J'ai, il faut le dire, une fâcheuse tendance, comme Léonard de Vinci à procrastiner.

Cela fait longtemps que j'avais ce projet de rendre hommage à mon père. Je me suis enfin décidé. A 80 piges, c'est quand même un peu étonnant me direz-vous.  Mais Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Mieux vaut tard que jamais, dit le proverbe. C'est devenu maintenant pour moi une obligation, cet hommage. Quand l'échéance est proche, on passe en revue les éléments de sa vie, ce qu'elle fût, ce qu'elle ne fût pas. Les croyants parlent d'"examen de conscience". Moi qui suit athée, j'appellerais ça un devoir de mémoire, un devoir de souvenirs, un devoir d'hommage dans le cas présent.
Mon père ne fut pas un héros, ni un être exceptionnel. Ce fut quelqu'un d'ordinaire, ordinaire ne voulant pas dire quelconque. 

Un bosseur, mon père, un forcené du travail. Je ne l'ai jamais vu oisiver. 

Il était protestant dans tous les sens du terme, indigné assez souvent des choses de la vie. Peut-être que ce fut un de ses héritages, car je le suis aussi. Il était protestant, non pas de façon religieuse, mais adhérant aux valeurs du protestantisme. Avec le recul, il me fait penser à Jospin.

Probité incontestable, sens du devoir, sens de l'honneur, sens de l'équité. Croyant, sans l'être,  tout en l'étant, comme beaucoup, se réfugiant dans un agnosticisme inavoué, confortable, permettant d'avoir moins peur de la mort.

Courageux, mon père. Il le fût pendant la guerre de 39-45. Il s'est battu contre l'envahisseur, comme la majorité des Français. Refoulé à Dunkerque, il a vécu sur la plage des scènes d'horreur.  Essayant d'embarquer sur un petit bateau de pêche, il a vu des soldats Français ayant réussi a monter à bord d'un bateau, taper sur la tête d'autres soldats à coups de rames, pour les empêcher d'embarquer. D'autres, nageant vers le large, pour échapper au feu de la mitraille allemande. Donc des noyades par centaines. Lui s'en est sorti par miracle. Il a nagé longtemps, pensant que la mort était proche. Puis un pêcheur Français est venu le secourir. Ce n'était pas son heure. Il a pris la direction de l'Angleterre, pour revenir en France quelques mois plus tard.

Il nous a raconté cette histoire un jour, avec ma mère, parce qu'il fallait qu'il en parle. Il fallait évacuer ces souvenirs douloureux. Ensuite, il a refusé d'en parler. Il les a tus comme pour les nier.

Ma maman qui s'était éloignée de Paris revint rejoindre mon père au Vésinet, occupé par les Allemands. Nous avions séjourné à Marseille qui était encore en zone libre. J'avais alors quatre ans. Dès notre arrivée, mon père se mit en demeure de retrouver les fonctions qu'il avait à l'EDF en tant qu'ingénieur réseau. On lui confia la gestion de la boutique EDF au Vésinet ainsi que le gestion du réseau électrique de la ville. Il allait être en demeure, contraint et forcé de travailler avec les Allemands, qui étaient les maitres. Il était donc à même d'entendre des informations confidentielles, les Allemands discutant librement devant lui.

J'ai parlé plus haut de courage, du sens du devoir et de l'honneur, à propos de mon père. Il en fit la démonstration un jour d'été. Rentrant à la maison, je l'entendis dire à ma mère: « Il faut que j'avertisse une famille juive. J'ai cru comprendre que les Allemands allaient venir les embarquer demain». « Comment s'appellent-ils » lui demanda Maman.

« C'est la famille Hartman » lui répondit-il.

Après, je ne saurais dire ce qui s'est passé. J'ai su que cette famille s'était enfuie avant l'arrivée des Allemands. Mon père n'a jamais été inquiété. C'était pourtant possible, ces derniers pouvant s'interroger sur les origines de la fuite.

Toujours est-il qu'à la libération, nous fûmes invités par cette famille à déjeuner un Dimanche. Je me rappelle que les Hartman possédaient une grande propriété située sur les pelouse près de la gare. J'avais 7 ans. Mes souvenirs sont intacts.

Je n'ai pas prêté attention à la conversation qu'ils eurent. Je pense que mon père fut très chaleureusement remercié. 

Par la suite, mes parents décidèrent de construire une maison près des Ibis, dans un quartier très prisé de la ville. Son salaire à l'EDF était ce me semble insuffisant pour financer un tel projet. Je pense que la mise de fond initiale a été rendue possible grâce à la générosité des Hartman. On ne me l'a jamais dit, mais c'est plus que probable.

Cela n'est pas choquant en soi. Mon père leur avait sauvé la vie. Il avait pris des risques. Ce geste était à la hauteur de l'acte.

A la libération, il y eut, bien entendu des règlements de comptes. Les FFI faisaient la loi. Le maire du Vésinet fut débarqué sans ménagements et un jeune FFI de 16 ans prit sa place. Un jour, je vis passer une charrette, utilisée par les charbons "Dommage", tirée par un cheval. Dans cette charrette, une dizaine de jeunes femmes le crâne rasé se faisant conspuer par des badauds en mal de haine. J'en fis la description à mon père qui alla sur le champ interpeller le jeune maire zélé, lui faisant remarquer que cette barbarie n'était pas de mise, qu'elle était honteuse, qu'elle  n'était pas à l'honneur de la France. Mon père fut menacé d'être accusé de complicité avec ces femmes qui s'étaient rendues coupables d'amours soutenues avec le Boch, amours qui pouvaient s'apparenter à de la collaboration active. Il tint bon. La charrette rentra à la remise.

C'est ça, le courage.

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 08:56

 

                                                                     Il s'appelle Diouk

Je baladais mon chien récemment dans un espace public à Rueil-Malmaison. C'est un berger blanc Suisse, magnifique, gentil avec les humains, adorable avec les enfants. Son seul défaut, c'est un chien dominant, bagarreur avec les autres chiens, même les femelles. Il s'impose. C'est moi le chef. Je domine. Je rencontre une dame propriétaire d'une chienne du même caractère que mon chien. Elle me dit qu'elle a des problèmes parce que sa chienne est une femelle dominante, bagarreuse en diable voulant elle aussi s'imposer sur les mâles.

Les femelles dominantes, ça existe aussi chez les humains. J'en connais. Si je les appelle des femelles, je vais me faire assassiner. Non, des femmes dominantes. Voilà, je suis correct (mais j'en pense pas moins). Les maris filent doux. Elles les terrorisent. Ou alors, elles les tiennent par quelque chose.

Je sais à quoi vous pensez...

De toute façon, la prise de décision dans le ménage, ce sont elles. 

 

                                                              Live:

Lui:

« Minou, j'en ai marre de ce téléphone à la con qui ne marche pas, j'ai envie d'un iPhone. T'es d'accord ?»

Elle:

« Non, je ne suis pas d'accord, il y a plus urgent, fais avec »

Lui:

« Ecoute, on a les moyens, faut pas exagérer, je peux quand même me payer un iPhone "entrée de gamme", non ?»

Elle:

« Pas question. On verra plus tard ».

Na, c'est moi qui décide.

Vous pensez que j'exagère ? Non, authentique, j'ai entendu cette conversation. 

Alors il est vrai que de temps en temps, "elles prennent leur mâle en patience". Elles font des concessions. Mais pas trop. Ces maris dominés que je connais sont de charmants garçons, cultivés, intelligents, gentils, avec de la personnalité; personnalité avec les autres, mais pas avec leurs femelles (pardon, leurs femmes, ça m'a échappé). Cette soumission m'a toujours étonné. La parité ? Tu parles...

Si d'aventure, par le plus grand des hasards, celles-ci lisent mon article, elles vont se reconnaitre, c'est évident.

« Il est quand même gonflé ce mec, il parle de moi sans mon autorisation », vont-elles dire.

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 09:28

Dans mes années 12,13,14 ans, j'avais une tante, Madeleine qui m'emmenait souvent passer quelques jours au bord de la mer, à Dives sur mer. Nous prenions donc le train à la gare Saint Lazare. Le voyage jusqu'à Dives durait plus de 4 heures, à l'époque. Je me souviens encore des odeurs d'oeuf pourri que dégageait la locomotive à vapeur, dans la gare. Ma tante avait inventé un jeu très drôle, qui consistait a deviner le métier d'une personne, rien qu'en la regardant. Durant le trajet, nous jouions donc à ce jeu. C'était un concours: a celui qui trouverait le plus de professions exactes. Afin de vérifier nos réponses, ma tante demandait avec beaucoup de tact et d'habileté quel métier la personne exerçait sans dévoiler l'objet de cette demande, pour ne pas vexer ou inquiéter nos cibles...

Je dois dire qu'on avait de très bons résultats, aussi étonnant que cela puisse paraître. Je gagnais assez souvent. Je ne saurais dire pourquoi. Les secrets de l'intuition, peut être.

Prof de math marchait bien. Prof de Français aussi. Expert également, ainsi que comptable, Ingénieur ou scientifique. Homme de lois un peu moins.

Artiste peintre et péripatéticienne à tous les coups.

Evidemment, nous n'avions jamais essayé "escroc" ou "homosexuel". On comprend pourquoi...D'ailleurs homosexuel n'est pas un métier, sauf au bois de Boulogne.

Pourtant nous aurions eu beaucoup de bons résultats.

J'ai continué a jouer à ce jeu tout seul, et je dois dire que je ne suis pas mauvais. Dans les années 2000, je me souviens  de ce personnage, Jacques Crozemarie, président de l'association pour la recherche sur le cancer. Regardant un jour, les infos à la télévision j'avais dit à mon épouse: « Celui-là, il a une tête d'escroc » Mon épouse m'avait rétorqué : « Tu es gonflé de dire ça, tu ne le connais pas. Tu es méchant »

2 ans plus tard ce monsieur était démasqué et condamné pour détournement de fonds publics. 

Je ne sais pas si mes intuitions sont fondées, mais j'ai observé une certaine corrélation entre les visages des gens malhonnêtes et leur comportement dans la vie.

Il y a cependant des exceptions. Monsieur Fillon, il n'a pas une tête d'escroc. On lui donnerait presque le bon dieu sans confession. C'est quand même un sacré tricheur. Nanard non plus n'a pas la tête d'un escroc, mais comme disait une ancienne ministre de Mitterand, « Tapie, c'est un voyou, mais un voyou sympathique » . J'en vois un, au gouvernement qui n'a pas la tête de l'emploi, c'est Gérard Colon. Il n'a pas une tête de ministre de l'intérieur, avouez-le. Il a plus la tête d'un directeur des restos du cœur. Bernard Cazeneuve, lui, il l'avait.

Ce sont, comme on dit, des exceptions qui confirment la règle.

J'en vois un, en ce moment qui a une tête de tricheur, c'est Monsieur Mercier, Michel de son prénom. J'allais oublier Richard Ferrand, lui aussi, évidemment.

Je sais ce que vous allez me dire: « C'est du délit de facies »

Oui, c'est un peu vrai, mais j'assume. Pour ces cas là, comme pour d'autres, j'ai peur d'avoir raison.

Wait and see comme disent les Italiens.

 

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 10:05

Baladant mon chien, récemment dans le quartier de la gare RER de Rueil, je m'arrête au feu tricolore de la nationale. A côté de moi, une jeune chinoise regarde intensément mon chien, Diouk, 

« Il est très beau votre chien, Monsieur. Il est gentil ? Est-ce que je peux le caresser ? J'aime bien les chiens. » me demande-t-elle.

 « Je sais, vous, les chinois, vous aimez bien les chiens. C'est très bon avec du riz cantonais, parait-il » lui réponds-je avec un petit sourire un poil provocateur.

La jeune fille prend un air étonné, puis sourit.

« Je reconnais bien là l'humour Français » me dit elle avec un charmant sourire.

Du coup, nous discutâmes durant cinq minutes. Elle faisait ses études à Paris en apprentissage de la langue Française pour devenir interprète.

Si moi, je me sentais un peu gêné par cette plaisanterie d'un goût discutable, elle, me donnait une leçon de savoir vivre.

Bravo.

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 11:19

S'il vous plait, arrêtez de nous casser les pieds avec les petits Ethiopiens qui meurent de faim. Il y a quand même des trucs plus importants à faire sur cette planète. Les pandas sont une espèce en voie de disparition. Il y a urgence, il faut faire quelque chose, merde.

La Chine s'est  mobilisée, tant mieux. Le gouvernement Français est monté au créneau, enfin. Le panda est un trésor national en Chine. C'est aussi un objet dans le cadre des bonnes relations entre la Chine et les autres pays, la France en particulier. Des négociations ont eu lieu au plus haut niveau diplomatique. Le président Pompidou en véritable visionnaire, a été le premier en 92 à s'investir dans cette noble entreprise. Les présidents Français et Chinois se sont parait il rencontrés, en 2012 (c'était Chichi) pour en discuter. L'annonce de ce prêt devait être annoncé au G20, rien que ça. La crise Grecque a relégué au second plan cette annonce pourtant d'une extrême importance. D'une importance capitale, devrais-je dire.

La Chine a donc accepté en 2012 de prêter deux pandas à la France, à des fins de reproduction (notre savoir-faire en la matière est légendaire), pour sauver l'espèce en perdition, prêt qui s'est transformé par la suite, en contrat de location. 750 000€ par an est le prix (estimé) de la location au parc de Beauval. Rentrée d'argent pour la Chine (une goutte d'eau), retombées économiques pour le zoo, équilibre des comptes. Il n'y a pas de petits profits.

Business is business. Panda Mania is Panda mania.

Il parait que Maman panda attend un heureux évènement. Pardon, j'ai un métro de retard, je l'apprends à l'instant, elle a mis bas. Ca y est, enfin. L'effervescence est à son comble, la frénésie médiatique en marche. Le choix des marraines va mobiliser des énergies évidemment, mais l'enjeu est de taille. Qu'est-ce que je suis content. Je vais passer une bonne journée. Enfin une bonne nouvelle dans l'océan des mauvaises. Le Panda, il a couté déjà très cher mais bon, il y a des priorités. Les Ethiopiens attendront. 

Tiens, à propos d'Ethiopiens, connaissez-vous cette devinette ?

- Pourquoi les Ethiopiens ne prennent-ils jamais de médicaments ?

- Parce que les médicaments, ça se prend avant chaque repas.

Ah ah ah...

Il circule sur le NET un grand nombre de blagues du même genre sur les Ethiopiens.

Les pandas nous émeuvent, les Ethiopiens nous font rire.

Les pandas attendriront toujours nos enfants et nos petits enfants. C'est tellement mignon un panda. De plus, ce seront des nounours qu'on pourra déposer au pied des  mémoriaux aux victimes du terrorisme, non ?

 

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 10:13

Je relaie une histoire que j'aime bien et que raconte  Jean d'Ormesson.

En sortant tous les jours de l'immeuble ou il réside, il a l'habitude de donner 1 Euro à un SDF (moi, que j'appelle un malheureux) assis a côté de la porte cochère. Il fait cela depuis plus de deux ans. Un jour, avant de sortir, il tâte ses poches et constate qu'il n'a pas de monnaie. Il sort et dit bonjour au mendiant, puis s'éloigne. Il entend alors: « Eh, Monsieur, et mon Euro ?»

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 05:14

Oui, mais quel pied ! enfin deux, qui valent de l'or. 220 millions d' Euros, ça vaut, il parait.

Zlatan n'était donc par irremplaçable. Le PSG en mal de vedette, après son départ a fait des pieds et des mains pour trouver un remplaçant. Il avait les deux pieds dans le même sabot, c'est vrai, mais Il a quand même fini par trouver chaussure a son pied. D'autres clubs s'étaient portés acquéreurs, mais du coup, ça leur a coupé l'herbe sous le pied ce transfert. J'ai l'impression que les supporters, avec cette arrivée de Neymar, ils doivent prendre leur pied. D'ailleurs, ils l'ont déjà mis sur un piédestal le petit Neymar. C'est cher payé, me direz-vous, mais si l'on veut gagner, il faut s'en donner les moyens. Il faut avoir les pieds sur terre, non ?

Il y a des mauvais esprits qui prétendent que les footballers sont bêtes comme leurs pieds. Moi je trouve que c'est un peu exagéré. Il ne faut pas prendre ça au pied de la lettre. Disons qu'ils ne sont pas "fute fute". De toute façon, Neymar, au pied levé, Il va bien falloir qu'il mette vite sur pied une stratégie d'attaque avec ses coéquipieds. Il est au pied du mur, et on l'attend de pied ferme. Espérons qu'un jour il ne soit pas mis a pied, comme c'est arrivé à quelques un.

J'apprends aujourd'hui qu'il s'entraine au Camp des Loges. Donc il est à pied d'oeuvre, et c'est tant mieux.

Zlatan, il regrette un peu. Il a été pendant plusieurs années pieds et poings liés avec le PSG, puis il a décidé de partir. C'est bien fait pour lui, ça lui fait les pieds.

Ce matin, je me suis levé du pied gauche, c'est pour cela que je raille et que je moque.

Bon, j'en connais qui vont dire en parlant de moi: « Ca y est, il a encore mis les pieds dans le plat. C'est plus fort que lui »

Moi, ces gens là, je leur fait un pied de nez.

Na !

Quoiqu'il en soit, je n'irai pas faire le pied de grue au Parc des Princes pour le voir jouer, Neymar, je n'aime pas le pied, pardon, le foot.

Bon, allez, j'arrête de vous casser les pieds.

PS: Malgré mes 80 piges, j'ai encore bon pied bon oeil. Il m'arrive encore de jouer à la "balle-au-pied" * avec mon petit fils Valentin.

 

*balle-au-pied, traduction: football

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article

Présentation

  • : Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • : La société et ses absurdités.
  • Contact

Recherche

Liens