Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 10:27

Deux histoires assez incroyables.

La première est une histoire qui s'est passée à lOlympia à l'occasion d"un concert de Thelonius Monk en 75, si ma mémoire est bonne. La salle n'est remplie qu'à moitié. Le jazz est dans le creux de la vague. L'affiche ne dit pas la composition. Solo, trio, petite formation ? On ne sait pas. 

Le rideau se lève. Monk entre sur scène avec trois trombones. Surprise du public. C'est une formation plus qu'originale. Atypique. Monk se met au piano, et introduit le thème, puis passe le premier chorus à un des ses trombones, qui développe. Au bout de cinq minutes, Monk se lève et sort en coulisse. Chorus du deuxième trombone, puis du troisième, sans accompagnement, évidemment. Les trombones se regardent, complètement perdus, mais continuent à jouer. C'est très ennuyeux. Au bout d'une demi heure. L'organisateur du concert interrompt le concert et s'adresse au public: « Messieurs dames, Monsieur Monk a disparu. Nous sommes désolés. Un incident majeur a du se produire, nous sommes à sa recherche. Nous nous excusons pour ce contre temps. Merci de bien vouloir patienter, le concert reprendra dès que nous l'aurons retrouvé ». Une demi heure se passe, Thelonius ne reparait pas. Le concert est suspendu, et l'organisateur du concert, après s'être excusé, nous fait savoir que les places seront remboursées.

En sortant de la salle, nous apercevons Thélonius Monk soutenu par deux employés de l'olympia, complètement ivre. Les employés nous disent qu'ils l'ont retrouvé au café en face de l'Olympia.

C'était un personnage, Thélonius... 

La deuxième histoire se passe à la salle Pleyel dans les années 1990. Concert organisé par Franck Ténot. Keith Jarrett se produit en trio. FranckTénot, après le levé de rideau fait une courte présentation de l'artiste, puis, très gêné, nous dit que Monsieur Jarett est très fragile et ne supporte pas les bruits dans la salle. L'organisateur demande avec beaucoup de délicatesse de ne pas faire de bruits de papiers de bonbons, de ne pas tousser, et de ne pas parler. Il s'excuse pour cette requête et sort. L'artiste arrive sous les applaudissements, et se met au piano. La première demi-heure se passe sans problèmes. Silence complet dans la salle. Les gens respectent les consignes. Keith Jarrett introduit alors un thème de Bud Powell qui est un de ses musiciens favori, dont il est l'héritier. Une personne tousse alors dans la salle. L'artiste s'arrête, regarde le public, se lève et sort en coulisse.

Nous ne l'avons pas revu. 

Excuses de Franck Ténot. Le concert s'arrête. Je ne me rappelle pas si nous fûmes remboursés. Il me semble que non.

C'est ça, les divas. Ca peut tout se permettre, même des comportrements inadmissibles.

Partager cet article

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • : La société et ses absurdités.
  • Contact

Recherche

Liens