Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 17:24

Suggestion.

Pratiquement tous les candidats ont parlé du numérique dans leur programme. L'économie numérique à tout va. On en fait des gorges chaudes. 

Bon, d'accord, mais concrètement qu'est-ce qu'ils ont proposé ? Pas grand chose, en dehors des tablettes numériques dans les écoles et du déploiement d'internet dans les campagnes.

J'ai du mal à comprendre pourquoi on ne promeut pas d'avantage le télétravail.

J'y vois beaucoup d'avantages. Pour tout le monde. On pourrait s'inspirer du projet américain baptisé ROW (comme Results Only Works Environment). C'est un environnement de travail axé uniquement sur les résultats. Il comportait plusieurs propositions radicales. Les employés avaient le droit de travailler chez eux quand bon leur semblait, sans avoir à se justifier, ni à s'excuser. Les congés maladie et les jours de vacances à poser devenaient obsolètes, les employés pouvant prendre autant de journées qu'ils le souhaitaient, aux dates qui les arrangeaient. Tombé en désuétude dans les années 2000, il semble qu'il soit à nouveau d'actualité dans certains groupes aux US et dans certains pays Anglo-Saxons. J'ai bien dit: s'en inspirer. Les "open spaces" (bureaux à plusieurs ) semblent ne plus être d'actualité.

On va me rétorquer que les contacts humains sont essentiels dans l'entreprise. Ca me fait doucement rigoler. On n' a quelque fois pas envie de voir son chef de service qui regarde discrètement sa montre pour voir à quelle heure vous arrivez, parce qu'il y a nécessité d'arriver à l'heure ou voir ses collègues tous les jours. Des collègues qui parfois vous mettent des bâtons dans les roues ou vous tendent des pièges pour vous faire trébucher. Des relations humaines qui peuvent parfois devenir inhumaines, les suicides à France Telecom ou chez Renault en témoignent. Quand j'étais en activité, deux de mes collègues qui avaient des bureaux voisins discutaient le plus souvent par mail. Bizarre, non ? En dehors du restaurant d'entreprise, des pots d 'arrosage de promotion ou de départ à la retraite, la convivialité avec les collègues est quelque chose qui me laisse rêveur...Pour avoir passé plus de trente années dans une grosse entreprise, je sais de quoi je parle. La peau de banane volait bas.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) sont disponibles déjà depuis plus de 20 ans (Hardware et software). Elles sont de plus en plus performantes: Internet, Skype, Messenger, outils de visio conférence, Web cam, fibre optique, etc... Le télétravailleur devra veiller à ne pas s'installer dans des zones blanches, (zone ou la couverture réseau n'est pas assurée). Rien n'empêche celui-ci, d'ailleurs de prévoir 1 ou 2 jours par semaine pour une rencontre avec son patron ou des collègues. Différentes études menées par des sociologues de renom dont Philippe Planterose, ont montré la faisabilité de ce type d'organisation dans l'entreprise, moyennant certaines précautions, évidemment.

Tout le monde est gagnant.  

Le salarié, d'abord.

Pas de perte de temps et d'argent dans les transports. Moins de stress. Moins de fatigue. Je pense à ceux qui sont obligés de prendre leur voiture, qui "galèrent" dans les embouteillages, ceux qui sont obligés de prendre le train et le métro avec des correspondances, et qui arrivent au bureau énervés, déjà fatigués, quand toutefois ils arrivent à l'heure. Un collègue de l'entreprise ou je travaillais habitait Chartres. Son bureau se situait dans la banlieue parisienne. Il passait 3h en voiture tous les jours. Si on lui avait proposé de travailler chez lui, il aurait accepté, c'est évident.

Possibilité de contacter les collègues de travail par téléphone, en face time, ou en vidéo conférence. Auto organisation de son travail en fonction des objectifs qui lui ont été assignés en termes de contenu et de délais à tenir. Le salarié a un bureau chez lui, avec tout le confort qu'il souhaite. Il voit sa hiérarchie une fois par semaine ou une fois tous les 15 jours pour faire le point. S'il veut faire la sieste, pas de problème. Si le travail la nuit est son truc, pas de problèmes, même avec d'autres collègues qui le souhaiteraient. Il mange à l'heure qu'il veut, de la nourriture qui diffère sensiblement de celle des cantines, des restaurants d'entreprise. Il peut faire ses courses le mardi pour éviter la foule du samedi dans les grandes surfaces, assister au passage de ceinture en judo du petit dernier. Pour l'organisation de son travail, il est son propre patron. La difficulté est de concilier l'activité de "bureau" et la vie familiale, la première ne devant pas empiéter sur la seconde, et l'inverse. Il me parait évident également que le conjoint doit participer à la prise de décision lors d'un tel choix.

Vous me direz : il n'y a pas de machine à café. C'est vrai. Pas de communication horizontale, donc. C'est une vraie difficulté, quand on sait l'importance que peut avoir ce type de communication dans l'entreprise. En ce qui concerne les réunions de travail la vidéo permet de voir son/ses interlocuteur(s), de voir les mimiques, les signes d'approbation ou de désapprobation. D'utiliser tous les codes de communication qui sont nécessaires à la bonne conduite d'une réunion. Des zooms sur les visages permettent même d'en apprendre plus qu'au naturel. Très efficace, donc. Redoutable, même...

Echange de documents, même classifiés (en mode crypté) par mailing.

Le salarié devrait pouvoir se faire payer sa connexion internet haut débit par son employeur qui peut négocier un contrat a moindre coût avec le FAI, si les demandes sont multiples.

"Sur le plan social, le télétravail est devenu une évolution plus que souhaitable. L'argument selon lequel le télétravail isolerait les  individus, démolirait les solidarités et renforcerait le management est totalement faux. C'est au contraire par la présence sur le lieu de travail que le management exerce le contrôle social, excite les rivalités, crée une pression; les petits chefs sont sans cesse sur le dos des salariés. Le travail à domicile revient à leur arracher ce minable pouvoir, c'est bien pour cela que les DRH y sont réticents".      ( Extrait d'une étude menée par Albatros sur ce sujet)

L'employeur :

Seul le travail intellectuel est concerné, évidemment. Les cadres sont la catégorie socio-professionnelle d'avantage partie prenante.

A condition de se doter des moyens permettant ce télétravail.  Donc il faut prévoir un investissement initial non négligeable (matériels informatiques performants) chez chaque salarié demandeur. Il y a un retour sur investissement, c'est prouvé.

Réduction de la surface de bureaux. Au prix du mètre carré à Paris, même en province cela représente une économie substantielle.

Suppression des aides pour le transport.

Réduction des moyens concernant la restauration.

Réduction de certaines  charges patronales. 

Moins de risques de burn-out.

Gain de productivité espéré. Ceci a été démontré au travers de plusieurs études menées aux Etats Unis. Selon une étude menée par la société Citrix en 2012  auprès de 1200 entreprises françaises, dont 88% de PME, le télétravail représente un atout majeur en termes de productivité. 

Diminution du risque d'accident dans l'entreprise. Pas d'assurances spécifique.

Pour résumer, je dirais qu'un salarié heureux, c'est un patron heureux.

Les jeunes entrepreneurs qui initient un projet:

Pour démarrer, le travail à domicile est incontournable, puisque ces futurs entrepreneurs ne disposent pas de bureaux.

L'état;

Moins de voitures en circulation. "Désengorgement" des villes. Moins de bouchons sur les autoroutes. Donc moins de pollution en général.

Repopulation des espaces ruraux excentrés avec pour incidence la création de petits commerces de proximité. Le sociologue Edgar Morin en fait l'un des trois pieds de la revitalisation des campagnes avec la boulangerie et le bistro. Ref: Lettre d'Edgar Morin dans le Monde: "Si j'avais été candidat" du 24/04/2007

La solution n'est pas binaire. Il faudra négocier, c'est évident et adapter au cas par cas. Il faudra faire des compromis, c'est sûr, mais la vie n'est-elle pas faite que de compromis ?

Une très intéressante étude du ministère chargé de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique parue en 2012 et un rapport de la société "Greenworking" (spécialiste en conseil en télétravail) démontrent que le télétravail n'est qu'une facette du travail ubiquitaire qui va façonner nos pratiques managériales, nos organisations d'entreprise et nos modes de vie. La France est en retard. Les pays Anglo saxons ont bien compris les enjeux de cette nouvelle façon de travailler. Il y a 30% de télétravailleurs en Scandinavie. En France, on estime à 8 millions le nombre de candidats au télétravail.

Qu'est-ce qu'on attend ?

Nota: Le cabinet conseil:  Andersen Consulting pratique le télétravail depuis plus de 20 ans. A ma connaissance personne ne s'en est plaint.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by blogalper
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • Chroniques sociétales terriennes impertinentes. Histoires vraies.
  • : La société et ses absurdités.
  • Contact

Recherche

Liens